paix

Toute La Réunion célèbre à partir du 19 décembre la Commémoration de l'Abolition de l'Esclavage proclamée le 20 décembre 1848. Au rythme du maloya, du sega, les animations égaient toute l’île.
L’événement
Toute La Réunion célèbre à partir du 19 décembre la Commémoration de l'Abolition de l'Esclavage. Cet événement historique est présent sur toute l’île. Si des défilés, des mises en scène sont programmées pour la journée du 20 décembre, il n’en demeure pas moins que la grosse animation est le célèbre Kabar (bal) de la veille au soir. Maloya, sega… rythment les quatre coins de l’île.

Généralisée il y a un peu plus de 10 ans, la fête du 20 décembre est devenue une institution dans toute la Réunion. Si les Cafres, Malgaches, Comoriens et mêmes Indiens sont les premiers à animer cette fête contre l’esclavage et l’engagisme, les yabs, ces petits blancs des hauts, les zoreils, ces métropolitains importés, sont de la fête eux aussi !

« La fête Kaf, 20 désamb » donnent lieu à de nombreuses manifestations qui auront lieu dans toute l’île, notamment à Saint-Denis, sur le front de mer à Saint-Paul le week-end dernier, sur le boulevard Hubert Delisle à Saint-Pierre. Suivez le programme.
L’Histoire
Si l’Assemblée générale adopta en 1789 la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen et sa célèbre phrase : " Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune. ", il fallu attendre 1848 pour que l’abolition de l’esclavage soit annoncée. Commémoration de l'Abolition de l'Esclavage - Fête du 20 décembre - Sarda GarrigaL'abolition de la traite des esclaves fut décrétée par les États-Unis en 1807 et par la Grande-Bretagne en 1808. En France, bien que Louis XVIII eût rétabli la Constitution de 1763 ainsi que l'esclavage, il dût se résoudre à l'abolir le 8 janvier 1817. En 1818, l'île comptait 16 400 Blancs, 3496 affranchis et... 70 000 esclaves.

Il n'en demeure pas moins que l'importation d'esclaves cessa pratiquement après 1817, même si la pratique de l'esclavage continuait.

L'abolition de l'esclavage devint définitive lorsque le sous-secrétaire d'État à la Marine chargé des colonies, Victor Schoelcher (1804-1893), d'origine alsacienne, fit adopter le décret d'abolition de l'esclavage du 27 avril 1848.

En tant que membre du gouvernement (provisoire), Victor Schoelcher choisit le receveur général des Finances, Joseph-Napoléon Sarda-Garriga (1808-1877), pour occuper le poste de commissaire général de la République à l'île Bourbon. Arrivé le 13 octobre 1848 à l'île de La Réunion, Sarda-Garriga fut chargé de préparer l'abolition effective de l'esclavage; l'Assemblée coloniale lui demanda de reporter l'application du décret à la fin de la campagne sucrière. Sarda-Garriga refusa, promulgua le décret le 19 octobre, mais fixa au 20 décembre la date de l'émancipation des esclaves. Au moment de la proclamation officielle de l'esclavage, 60 318 habitants sur 108 829, soit 55 % de la population, recouvrèrent la liberté.

_________________